Tentative de vulgarisation


Comme il y a des nuages et qu’il est donc impossible d’observer ici ce soir (quelle surprise!), je vais essayer d’en profiter pour expliquer mon sujet de maîtrise.  C’est quelque chose que je songe à faire depuis quelques temps déjà et je vais essayer de le faire de la façon la plus claire possible (c’est une bonne pratique pour de futures présentations!), notamment à l’aide de mes « skillz » sur Paint…

En gros, mon projet consiste à essayer de caractériser les surdensités dans le vent des étoiles Wolf-Rayet, et plus précisément celles dans le vent de l’étoile WR113.  Bon, on prend un gros « respire », et on y va une chose à la fois :

Qu’est-ce qu’une étoile Wolf-Rayet? 

Ben, c’est tout d’abord une $%(*? de grosse étoile!  En fait, typiquement, une étoile de type Wolf-Rayet a, à l’origine, au moins 20 fois la masse du Soleil.  C’est énorme!  De plus, une étoile Wolf-Rayet, c’est une étoile en phase terminale.  En effet, elle a déjà passé la majorité de sa vie à écraser des noyaux d’hydrogène les uns contre les autres pour faire de plus gros noyaux et elle en est rendue au brûlage de l’hélium, un atome plus lourd que l’hydrogène.  Sur une échelle de vie humaine, on pourrait dire qu’une étoile Wolf-Rayet a environ entre 68 et 79 ans.  Voici un exemple spectaculaire d’étoile Wolf-Rayet :

Des vents…?

Non, les étoiles ne sont pas flatulentes, mais elles émettent ce qu’on appelle des « vents » stellaires.  En effet, la radiation (lumière) intense qui se dégage du centre de l’étoile pousse sur les particules dans les couches externes et peut les éjecter de l’étoile.  De tels vents existent dans le cas du Soleil (on les appelle alors « vents solaires » et ils sont notamment responsables des aurores polaires), mais sont beaucoup plus intenses dans le cas des étoiles Wolf-Rayet.

Que sont ces surdensités?

Les surdensités (que j’appelle affectueusement des « motons ») sont des régions dans le vent où la densité est plus élevée qu’ailleurs (comme leur nom l’indique).  En fait, les vents stellaires ne sont pas lisses et il se forme ainsi des structures à plus ou moins grande échelle.  Leur taille, leur forme et leur nombre sont pour l’instant assez méconnus et c’est un de mes objectifs d’arriver à contraindre ces paramètres.  Voici une vision d’artiste d’une étoile Wolf-Rayet avec son vent et des surdensités :

Finalement, WR113… :

WR113 est en fait un système binaire, c’est-à-dire un système formé de deux étoiles qui tournent l’une autour de l’autre.  L’une des étoiles est une Wolf-Rayet, l’autre est une étoile de type O (une grosse étoile chaude, possiblement une future Wolf-Rayet mais un peu moins avancée dans son cycle évolutif).  Pourquoi étudier ce système en particulier?  L’idée, c’est d’utiliser la lumière de l’étoile O au fur et à mesure qu’elle traverse le vent de l’étoile Wolf-Rayet.  Ainsi, si des « motons » passent devant l’étoile O, on devrait pouvoir les voir et ainsi, on devrait éventuellement pouvoir caractériser ces motons.  Cependant, le tout est quelque peu compliqué par le fait que l’étoile O dégage elle aussi du vent, alors les vents des deux étoiles interagissent et forment un paraboloïde de choc.  Voici un schéma qui donne une petite idée de la configuration du système :

Voici donc une petite idée de mon projet!  Laissez-moi savoir ce que vous pensez de cette explication et s’il y a lieu, je tenterai d’amener les précisions nécessaires!

Publicités
Cet article, publié dans N'importe quoi, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s