Funny cats!


La question du jour : comment démarrer un phénomène Internet?

À l’ère de la technologie, un outil de communication aussi puissant qu’Internet semble être le vecteur idéal pour propager une idée, envoyer un message et rejoindre un maximum de gens.  Ainsi, celui qui contrôle l’Internet a un pouvoir presque inimaginable.  Cependant, se faire entendre sur Internet n’est pas une mince tâche.  Comment attirer les gens?  Ou plutôt, qu’est-ce que les gens recherchent sur la toile?

Or, autant il y a plein de gens qui émettent des opinions, qui cherchent à faire une différence en remplissant des pages et des pages d’éditoriaux, autant les phénomènes les plus populaires sont, en général, peu stimulants intellectuellement (pour dire le moins!).  D’ailleurs, xkcd avait très bien parodié cette tendance (et bien saisi l’ironie résidant dans le fait de « gaspiller » une technologie aussi avancée et impressionnnate) :

Par contre, il ne faut pas croire que c’est une tendance que je critique, je ne fais que l’observer (enfin… je serais bien hypocrite de la critiquer compte tenu du contenu de ce blogue…), mais pour vérifier mon point, j’écris donc ce billet, qui se veut une expérience!

En effet, comme vous l’aurez remarqué, non seulement le titre est en anglais, mais il s’agit également d’une expression qui est cherchée des milliers de fois par jour sur les moteurs de recherche.  Combien voulez-vous gager que ce billet sera l’un des plus populaires à être publiés sur ce blogue généralement modeste?  Je vous en redonnerai des nouvelles…!  Et pour terminer, un lolcat qui ne m’énerve pas!

Publicités
Cet article, publié dans N'importe quoi, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Funny cats!

  1. JC dit :

    On peut avoir une exlplication ?
    Rapidement ça a l’air d’une probabilité mais (0.707+0.707 )>1 alors je suis perdu …

  2. massivestarz dit :

    Ha, bon point! En fait, il s’agit du « lolcat de Schrodinger ». C’est un exemple souvent cité pour « expliquer » la mécanique quantique (ou du moins la rendre un peu plus intuitive). En gros, on fout un chat dans une boîte et il y a un mécanisme qui relâche un gaz mortel à un moment aléatoire. Ainsi, sans ouvrir la boîte, on peut dire que l’état du chat est en fait une superposition de deux états : « mort » et « vivant », chacun d’entre eux ayant une probabilité de 0,5. Cependant, lorsqu’on ouvre la boîte, en observant le chat, on lui impose d’être dans un seul état. Dans le jargon, on dit que la fonction d’onde s’effondre. Dans la nature, il existe une telle indétermination. Par exemple, lorsqu’on observe une particule, on peut déterminer une de ses propriétés, et ce faisant, on impose une valeur unique, que ce soit pour la position, l’énergie, etc… Par contre, en faisant cela, on accroît l’indétermination sur un autre paramètre (selon le principe d’incertitude de Heisenberg…). Pour ce qui est des coefficients dans l’équation, c’est que la probabilité est définie comme le carré de l’amplitude d’une fonction d’onde, donc on a bel et bien 1/2 pour chacune des possibilités! Bon… assez de physique pour aujourd’hui!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s