Revue de l’année (partie 2)


Pour poursuivre cette revue de l’année, je vais y aller d’un sujet qui me plaît beaucoup mais dont j’ai peu parlé jusqu’à maintenant : le cinéma.  De plus, on reste dans le thème des « stars »!

Voici donc, pour chaque mois, mon coup de coeur au grand écran :

Janvier 2010 : Das Weisse Band (Le ruban blanc)

Ce film de Michael Haneke relate une série d’évènements étranges se déroulant dans un petit village allemand peu avant le déclenchement de la première Guerre mondiale.  Tourné en noir et blanc, ce récit plutôt troublant nous transmet une impression générale de malaise et fait appréhender au spectateur la suite qu’il connaît déjà…  Mention honorable aussi à Youth in Revolt.

Février 2010 : Shutter Island

Un choix plutôt populaire, il s’agit quand même d’un excellent thriller psychologique.  Di Caprio y livre comme d’habitude une performance sans tache et est très bien appuyé par les acteurs de soutien.  Merci à Martin Scorsese de s’être aventuré dans un nouveau genre.  (Cependant, il est à noter que je n’ai pas vu beaucoup de films en février… donc mon opinion n’est peut-être pas très représentative!)

Mars 2010 : Greenberg

De loin la meilleure performance de Ben Stiller.  Certes, son personnage n’est pas particulièrement aimable, mais il le rend extrêmement bien.  À noter également la performance de Greta Gerwig, qui apparaît dans un film de premier plan pour la première fois et ne déçoit pas.  Ce film, que certains qualifieront de « film de hipsters », ne plaira pas à tous, mais il mérite sa place dans ce palmarès.  Mention moins qu’honorable pour Alice in Wonderland, qui promettait beaucoup mais offre bien peu.

Avril 2010 : Kick-Ass

Au cours d’un mois bien pauvre (du moins, pour ce que j’ai vu), ce film de Matthew Vaughn se démarque.  Dans la série d’adaptations de romans graphiques auxquelles nous avons eu droit ces dernières années, celle-ci me plaît particulièrement car elle allie humour, brutalité et met en scène de jeunes acteurs talentueux, en particulier la petite Chloe Moretz, qui surprend (d’une très bonne façon).  Du reste, le film porte très bien son nom et nous tient en haleine du début à la fin (et met même en scène un Nicholas Cage décent, ce que nous n’avions pas vu depuis longtemps!).

Mai 2010 : Iron Man 2

Il ne s’agit certainement pas de ma franchise cinématographique préférée et je suis un peu peiné de l’inclure dans ce palmarès, mais Iron Man 2 avait tout de même le mérite d’être aussi divertissant qu’il ne le promettait.  Ce n’est rien de très nouveau, ni même original, mais c’est efficace et il s’agit probablement du moins mauvais film de mai.  Et puis, entre vous et moi, RDJ botte des derrières quand même!  Cependant, j’avouerai aussi, bien honteusement, avoir apprécié MacGruber.  Tout à fait dans le style de Lonely Island, ce film de Jorma Taccone fait dans le vulgaire et le peu subtil, mais parvient tout de même à nous soutirer plusieurs rires…

Juin 2010 : Toy Story 3

Cette fois, aucun doute, ce film est de loin celui qui m’a le plus plu et touché au cours du mois, si ce n’est au cours de l’année.  Étonnant peut-être dans la mesure où il s’agit d’un film pour enfants, cependant il faut avouer que Disney conclut cette trilogie de la meilleure manière possible, ce qui fait qu’on s’en rappellera avec une douce mélancolie, un peu comme Andy se rappellera de Buzz, Woody et tous les autres (à la différence près que rien ne nous empêchera de réécouter ces films)!

Juillet 2010 : The Kids are All Right

Un choix peut-être un peu surprenant, considérant que Twilight : Eclipse  Inception est sorti le même mois.  Cependant, The Kids are All Right a le mérite additionnel de sensibiliser la population à la problématique des couples de même sexe avec enfants.  En fait, ce film touchant et drôle par moments permet surtout de démystifier le phénomène à l’aide notamment d’une distribution de qualité avec Annette Benning, Mark Ruffalo et Julianne Moore.  Sur une note moins agréable, notons aussi le triste remake américain du classique Dîner de cons, Dinner for Shmucks.

Août 2010 : Scott Pilgrim vs. the World

Je ne pouvais quand même pas faire un palmarès cinématographique sans inclure au moins un film mettant en vedette Michael Cera!  Néanmoins, à part la présence d’un de mes acteurs préférés, ce film a aussi le mérite d’être assez unique en son genre.  Hybride à quelque part entre le roman graphique, le cinéma et le jeu vidéo, ce récit au scénario plutôt farfelu est visuellement très attirant et nous offre un humour très rythmé.  Mention honorable à The Expandables, un autre plaisir coupable pour les amateurs de films d’action enclins à l’autodérision.

Septembre 2010 : Machete

Dans le genre ridicule, on fait difficilement mieux.  Violent, voire brutal, suave et terriblement drôle, Machete a de quoi satisfaire la plupart des amateurs de cinéma, même les plus difficiles!  Par contre, j’ai aussi entendu beaucoup de bien de Jack Goes Boating, dommage que je n’aie eu l’occasion de le voir…

Octobre 2010 : Secretariat

Lorsque ma mère m’a convaincu d’aller voir ce film, je me suis dit « bon, encore un fait vécu inspirant et quétaine à mort qui cherchera à me réchauffer le coeur mais ne fera que m’emmerder… »  Eh bien, je fus très agréablement surpris!  Alors que ça aurait pu facilement tomber dans le kitsch, la forte performance de Diane Lane et l’accent mis sur les courses permet de bien revivre l’excitation générée par l’un des plus grands exploits sportifs de notre ère (sans oublier qu’il met en scène deux Québécois!).

Novembre 2010 : HP7P1

Excusez ma paresse, mais je parle bien du plus récent film de la saga Harry Potter.  Je suis probablement mal placé en juger, n’ayant pas lu les livres, mais même ceux qui les ont lus m’ont parlé en bien de ce film.  Évidemment, il s’agit de grand déploiement, mais des fois c’est plaisant de s’abandonner à un tel divertissement.  Par contre, à noter, deux films dont j’ai entendu beaucoup de bien mais que je n’ai malheureusement pas eu la chance de voir : 127 Hours et The King’s Speech.

Décembre 2010 : Black Swan

Ce thriller extrêmement sombre de Darren Aronofsky (Requiem for a Dream, The Wrestler) nous plonge dans l’univers de la danse professionnelle (plus particulièrement du ballet) et nous expose à la forte compétition qui y règne.  L’atmosphère très glauque et inquiétante provoque chez le spectateur un profond malaise qui dure une fois le film terminé.  Ce n’est certainement pas le genre de film à aller voir pour se changer les idées, mais il s’agit d’une oeuvre marquante qui n’a pas volé sa place dans ce palmarès!

C’est ce qui termine la revue cinématographique de l’année 2010, avec plusieurs suggestions potentielles de location de films pour meubler la fin des vacances d’hiver je l’espère!  La revue se poursuivra demain avec un survol de la blogosphère au cours de la dernière année.

Publicités
Cet article, publié dans N'importe quoi, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Revue de l’année (partie 2)

  1. Ping : Revue de l’année (partie 3) | Le blogue des étoiles massives

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s